#np un avant goût de vacances avec les rythmes tropicaux de Sergent Garcia! #caliente

Entre LCI et moi, il y a quelque chose de fort. De magique. Et cette décision du CSA qui remet en cause l’avenir de la chaîne me turlupine. Evidemment, les blasés de la chose ne comprendront pas, ceux qui squattent les plateaux télé, les bons clients, les experts en tout, en guerre, en tech, en politique, en géopolitique, en espionnage, en Russie, en Al-quaida, en expertise pure, en mécanique quantique, etc, etc, et j’en oublie sûrement. 

Mais pour les nouveaux venus, les auteurs qui découvrent les joies de la promo et de la médiatisation, un passage sur LCI relevait de la magie, du rite initiatique, du moment de bonheur simple.

Jugez plutôt. janvier 2012, sortie des Miscellanées d’Internet, co-écrit avec l’ami Nico Prat, sous la houlette de Gilles Verlant (putain, Gilles, tu nous manques). L’attachée de presse de la mort qui tue, qui te décroche des passages dans les médias, du Libé, du Europe 1… et un passage à la télé. La première fois, quand la chaîne t’appelle sur le mode “votre attachée de presse nous a suggéré de vous contacter”, tu regardes derrière ton épaule, juste histoire de t’assurer que c’est bien à toi qu’on parle, que les caméras de feu-Marcel Béliveau ne sont pas planquées quelque part, qu’il n’y a pas erreur de numéro. Et puis, non, TOUT EST VRAI, alors tu prends l’air dégagé… “Je ne peux pas me déplacer à Boulogne, je donne un cours dans le centre de Paname”. “Qu’à cela ne tienne, nous vous envoyons une caméra”… Gros kif quand tu vois ta tronche dans le poste, quand tu entends tes mots, que tu vois tes tics, ton double menton. Et que le lendemain tes potes te disent qu’ils t’ont vu…

Il y a mieux, encore plus fort: le passage en plateau. Tu as 5 minutes pour répondre aux questions, être pertinent, concis (c’est pô une habitude de la maison par nature, alors, faut travailler). C’est du one to one. C’est cool. Ca passe le dimanche, mais tu es TROP content, heureux, extatique de passer à la téloche pour bénéficier du fameux label “Vu à la télé” qui te permet d’espérer une réduc sur le kilo de filet de boeuf chez ton louchebem de quartier (Je te rassure, ça n’est JAMAIS arrivé. Encore faudrait-il que j’allasse faire les courses ailleurs que chez Carouf et Picard… Mais je m’égare. Recentrons, que diable!).

Encore plus gros kif, le plateau, avec le camarade co-auteur pour commenter le best of de l’année sur les Internets. On a failli perdre Bénédicte Le Chatellier, rien qu’avec le clip de Lana Del Duck…

Le kif le plus énormissime, le débat avec les politiques, suite à la sortie de Twittus Politicus. Assis entre deux députés, Yann Galut et Guillaume Larrivé, Mr Dubuc vient défendre l’usage de touitteur dans l’Hémicycle. C’est beau, c’est bon. 

Et c’est court. Ces gros kifs, cette tension avant, ce bonheur sur place, sous les projecteurs, après la jolie séance maquillage (on brille pas, on a la peau nickel), des moments qui sont passés tellement vite. 5 minutes, 1/4 d’heure, qu’on ne voit pas passer et dont on ressort un peu rincé (enfin presque).

Merci les amis, Benoit Gallerey, Thibaud Vézirian, Philippe Ballard et Bénédicte Le Chatelier. Je pense bien à vous.

Aujourd’hui j’irais bien à la piscine… #np Frànçois and The Atlas Mountain “Piscine”

En fait, je ne suis pas sûr d’aimer l’idée de piscine, la surcharge pondérale, le maillot moule-machin, le bonnet de bain obligatoire, les lunettes qui font des traces rouges autour des yeux exorbités… 

Mais bon… 

Scary #Hillary

Façade

#thuglife

Ecoute ça! The Who, live au festival de l’île de Wight en 1970. Purement mythique 

Enorme… Daft Punk, Gotye revisités par Weird Al Yankovic…

#np #CSN… Je sais, c’est un truc de babas, mais de belles harmonies vocales, en ces temps troublés, ça ne peut jamais nuire!

FAUVE (@fauvecorp) #fnaclive #Kane